La gestion du stress et les ancêtres

La gestion du stress devient un leitmotiv pour un dépassant les frontières de l’hexagone. “Mais je n’ai pas le temps”, “vous ne vous rendez-pas compte?”… les indicateurs de stress sont nombreux, leurs conséquences parfois graves.

Bon, si vous avez trop peu de temps pour me lire, ne stressez-pas, j’ai fait un texte court !  Deux choses sont à comprendre ici, le stress quasiment aussi ancien que la vie sur terre et il nous signale une mauvaise réponse à une juste question.

Stress et mauvaise adresse

La gestion du stress demande du doigté selon le niveau de stress subi, un accompagnement personnalisé peut alors être nécessaire

Comment gérer son stress

Si pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le stress apparaît chez un individu quand ses ressources et stratégies de la gestion du stress sont dépassées par les exigences qui lui sont posées (OMS, Arck et al., 2001).

La science a beaucoup évolué depuis cette définition. De fait, les imageries médicales permettent de nos jours de mieux comprendre ce qui se passe à l’intérieur de notre si fantastique et si complexe cerveau. Et bon nombre de chercheurs travaillent sur le sujet depuis nombre d’années. Parmi eux, Jacques Fradin et les équipes de l’Institut neurocognitiviste (INC).

Pour l’INC, le stress est un véritable signal d’alarme pour nous prévenir que notre réflexion (si nous arrivons à réfléchir alors !) n’est pas la bonne. Que pourrions nous faire pour la gestion du stress alors ? Et bien  :

  • Prendre le temps d’observer ce qui se passe en nous comme à l’extérieur
  • Tâcher de reconsidérer la situation sous divers angles, par exemple :
    • Est-ce si grave ce qui m’arrive là ?
    • N’y a t-il rien de positif dans ma situation ?
    • Ai-je vraiment tout essayé ?

Le stress et nos ancêtres les…

Mais, avant d’aller plus loin, petit feedback. Si, souvenez-vous, vous étiez habillé(e) en peau de bête, sur une terre sauvage avec un gourdin pour toute arme. Et soudain, devant vous, se dresse, je ne dirai pas un énorme brachiosaure, ce serait un pléonasme. Si vous faîtes comme moi, vous ne demandez pas votre reste et courez à toute vitesse dans le sens opposé.

Malheureusement, même s’il est moins rapide que vous, il suffit d’un pas au brachiosaure quand il vous en faut 27 (j’ai compté) pour couvrir la même distance ! Et alors, et alors ? Vous n’avez plus le choix, quitte à passer directement à la casserole, autant lutter et frapper la grosse bête avec son super gourdin. Et vlan, et vlan et vlan, même pas chatouillé ! Alors, c’est foutu ? En tout cas, votre stress est à son paroxysme et vous tombez en inhibition.

Et là, oh miracle, le brachiosaure vous croit mort de trouille et, c’est vraiment pas bon de manger les morts, ouf. Mais, l’époque des dinosaures est terminée depuis bien longtemps me direz-vous, oui… Mais, tenez vous bien à ce que vous pouvez, nous continuons à manifester des signes d’anxiété et de stress exactement comme le chasseur cueilleur !

Gérer la gestion du stress

A travers cet exemple, vous aurez compris que le stress est avant tout une mauvaise manière d’aborder les choses, les événements. Et les exemples sont nombreux, la peur régulière d’arriver en retard au travail d’être trompé(e), de ne pas être reconnu(e) à sa juste valeur… On peut se faire une montagne de problématiques, au départ parfois, sans aucune gravité.

Ce phénomène est du à un tas de raison, pour les cas ci-dessus cités par exemple, l’aversion pour le retard même si, moi-même, je suis en général à l’heure. Et si j’ai comme valeur la fidélité, la seule évocation de ce sujet peut me stresser alors que cela se passe bien dans mon couple. Dans le dernier cas, je peux développer une attente plus que de raison pour obtenir cette reconnaissance sans pour autant arriver à y trouver la moindre satisfaction.

Mon stress me parle, écoutons-le

Autant dire que la gestion du stress demande un temps parfois long, même sans pathologie particulière, pour être traitée et résolue. Grâce aux neurosciences, cela se fait, comme pour le coaching, en toute autonomie… avec des moyens de compréhension supplémentaires. Il s’agit de comprendre ce qu’ils nous dit, d’assimiler que si chaque positive à son coin d’ombre, chaque chose négative nous renseigne positivement également sur ce que nous avons à faire pour la résoudre.

Vous désirez en savoir plus sur notre accompagnement à gérer le stress ? Contactez-nous.