06.22.67.90.40
Le mal-être intérieur n’est pas une fatalité
Le mal-être n'est pas une fatalité

Le mal-être intérieur n’est pas une fatalité

 Le mal-être intérieur (ou pas)  est tout sauf une fatalité. Le docteur en psychologie, Martin Seligman, estime même que le bien-être est l’aptitude naturelle de toute personne. Mais, à bien considérer les choses, il semble bien que c’est bien souvent le contraire qui se passe !

Le mal-être intérieur pour une aide extérieure

En fait, l’être humain est réellement bienveillant, du moins dans ses fondements. J’en veux pour preuve, des milliers de gens qui sont prêts à aider leur prochain, d’une manière ou d’une autre. Ces personnes le font par vocation, par besoin impérieux d’aider l’autre, qu’il s’agisse ou non de leur métier.

A cet égard, j’ai été touché par le gros travail, effectué depuis plus de dix ans, par Patricia Rouff.  

Patricia a créé et dirige l’association Léa, association reconnue d’intérêt général. Cette association vient de fêter ses 10 ans d’existence.

Léa fait partie de la Fédération nationale solidarité femmes. Cette fédération regroupe 67 associations luttant contre toute violence faite aux femmes ; mais aussi, souligne Patricia, aux enfants, souvent les oubliés de l’histoire !

Des femmes et des hommes de cœur

Patricia a longtemps œuvré comme bénévole au sein de l’association Léa avant de prendre ses responsabilités en en la dirigeant. Cette jeune dame, frêle en apparence, cache une volonté qui semble à toute épreuve.

Dire cela implique, un moteur, une raison d’être qu’elle m’explique sans détours :

Quand on rentre chez Léa, quelque soit son statut, on en repart grandi ! On ressent même un bien-être incroyable, quelque chose de magique… on reçoit énormément ! Patricia Rouff

Le mal-être intérieur a des conséquences internes :

  • troubles du sommeil
  • fatigue excessive
  • perte d’estime de soi
  • peur, anxiété, angoisse
  • forte irritabilité…
Le mal-être intérieur révèle le côté trouble et angoissant de notre monde
Le mal-être intérieur peut se constater de l’extérieur

Le mal-être intérieur… et extérieur !

De même, ce mal-être intérieur a des conséquences externes. En effet, selon l’Assurance maladie, 10 000 troubles psychosociaux, et autant de non déclarés, avaient été retenus comme accidents du travail en 2016.

Par ailleurs, une étude de la fondation Pierre Deniker, a été publiée le 26 novembre 2018. Cette étude précisait que 26 % des femmes et 19 % des hommes présentaient une détresse orientant vers un trouble mental.

Pour ces raisons, l’association Léa, située en région parisienne, s’est spécialisée dans l’accompagnement global des femmes et enfants aidés. Elle s’occupe notamment de permettre leur mise en sécurité sur le territoire.

Comme toutes les associations caritatives de ce type, l’association Léa a besoin d’aide. Elle bénéficie déjà d’aides diverses accordées notamment par différents pouvoirs publics.

Léa : lieu, écoute et accompagnement contre le mal-être

Léa compte également sur la bienveillance naturelle des personnes. Cela à travers l’espace solidaire RecycLéa. RecycLéa recueille et stocke des dons de particuliers, des vêtements femmes et enfants. Et aussi du mobilier et autres pour aider la réinstallation de ces femmes.

Par ailleurs, RecycLéa propose aussi des actions collectives aux familles, probablement pour les aider à redonner du sens à leur vie. Cela est important devant, constate Pamela, le “silence” de nombre de familles devant le désarroi de leur proche…

Des coordonnées pour son mal-être intérieur

Vous exprimez vous aussi le désir de faire un don à Léa et où RecycLéa ? Afin aider directement ou non celles et ceux qui ont besoin de ces belles personnes ? Rien de plus facile :

Et pour aider dans toute la France :
  •  Le site internet de la Fédération nationale solidarité femmes
  • la Fédération a aussi créé “violences femmes info » avec le 3919. C’est un numéro confidentiel et sécurisé. Vous serez accueillis par des aidants formés pour l’occasion.
Enfin, j’ai demandé à Patricia Rouff le message qu’elle souhaiterait adresser aux victimes. Car il faut savoir que nombre de victimes n’osent pas porter plainte pour différentes raisons. Certaines d’entre elles vont même jusqu’à éconduire les forces de l’ordre comme cela a été relaté récemment par des gendarmes  au tribunal d’Aix-en-Provence !
Laissons donc le dernier mot à Patricia :
Le message que je souhaiterais adresser aux victimes serait, que pour sortir de la violence, il faut oser en parler. Et se faire aider par une association réellement spécialisée comme Léa. 
Car, le sentiment de honte, c’est l’auteur de violences qui doit le porter, pas la victime !
Patricia Rouff
Si vous désirez donner un avis, un conseil ou simplement émettre une demande, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Si vous préférez me contacter directement, c’est ICI. Je vous répondrai très rapidement et en toute confidentialité.

Laisser un commentaire

Fermer le menu