Nouveau coronavirus, la vie autour du déconfinement
Bien dans son assiette, bien dans sa tête

Nouveau coronavirus, la vie autour du déconfinement

Avec ce nouveau coronavirus, la vie autour du déconfinement semble semée d’embûches. Il reste que dès, aujourd’hui, la France métropolitaine est sortie du confinement. De fait, la seule vraie crainte à ce jour, semble celle d’une rechute en septembre prochain. Pour autant, les signaux d’alerte ne manquent pas ; à commencer par un retour de la pandémie en Chine. Cette fois ci, ce serait dû à du saumon frais… Notre existence autour de ce déconfinement, en est donc seulement à ses balbutiements.

Pour le moment, on peut déjà avancer quelques constats. Par exemple que, les premiers de cordée de cette lutte contre la Covid-19 ont surtout été des femmes. Mais aussi, que les mieux payés ne sont pas forcément les plus utiles. Il reste que, comme pour le confinement, la vie autour du déconfinement pose plus de questions qu’il n’en résout.

A ce titre,  on peut se poser justement la question du sens de notre vie sur terre.  car, tout cela engendre des émotions diverses. La pandémie du Covid-19 a fait ainsi ressortir, de façon suraiguë, autant nos forces que notre vulnérabilité. Et nombre de médias, servant surtout à combler le vide, ont plutôt exacerbé ces émotions.

Maintenant, nous avons retrouvé la valeur du travail des soignants et de tous les personnels de santé. Pour combien de temps ? En se rappelant encore une fois que la majorité de ces personnels est constitué de femmes. Ces professionnels se sentent plus que jamais investis, sublimés par une cause supérieure à eux-mêmes. Il fallait bien cela pour réussir les enjeux que nous vivons encore !

Cette cabane représente la solitude que certaines personnes continuent à avoir autour du déconfinement
Covid19 et confinement

Faire face au nouveau coronavirus

A l’heure où j’écris cet article, la France est donc quasiment déconfinée. Pour autant, autour de ce déconfinement, rien n’est réglé ni pour les uns, ni pour les autres. C’est la peur de ressortir à nouveau, ce fameux syndrome de la cabane. Ce sont ces hypocondriaques, temporaires ou non. C’est le besoin de se créer de nouvelles habitudes de vie, parfois radicalement. En tout état de cause, c’est se poser la question de ce que sera demain.

Car, dans une vie, nous avons rarement deux fois, comme ici, la chance de pouvoir nous réinventer. A cet égard, dans un article précédent sur ce nouveau coronavirus, j’évoquais Sun Tzu et son art de la guerre.

Et de comprendre ce que vos émotions vous disent est une bonne aide à faire face, au mieux, aux conséquences de ce nouveau coronavirus. Depuis de nombreuses années, la gestion des émotions est mon cheval de bataille. De fait, les émotions sont à la fois un indicateur de notre état du moment et un signal du besoin de mouvement.

La vie autour du déconfinement

Gérer ses émotions, c’est gérer son histoire de vie. C’est également se créer le début d’une autre. Là, il s’agit de penser aussi à l’après coronavirus. Pour ne pas vous laissez manipuler avec vos émotions, je vous conseille fortement d’éviter les médias que je citais ci-dessus. Ou, pour le moins, de sélectionner les moins avides de sensationnel que d’informations étayées. Ceux qui jouent justement sur la raison et non sur les émotions.

Vous avez aussi le pouvoir souverain d’éteindre la radio, la télé ou de changer de chaîne. Vous pouvez vous détendre passivement en écoutant la musique ou un spectacle humoristique. A cet égard, des centaines d’artistes, connus ou pas, nous ont ainsi offerts de beaux moments de plaisir.

Vous pouvez aussi être actif en faisant de la sculpture, une activité physique ou simplement en prenant un verre avec des proches.

Il est bien compréhensible d’avoir du mal à dépasser une émotion qui vous fragilise. Le tout est de savoir ce que vous en faites, accepter la réalité est un premier pas pour dépasser son anxiété. Si vous êtes dans un tel état, il y a probablement à creuser du côté de l’estime de vous-même.

Donner un nouveau sens à sa vie

Ainsi de la dépression à la trop grande pression, du manque de sens au manque de temps, tout est bouleversé. Mais, autour de ce déconfinement et après, la vie continue et continuera. Et il ne dépendra que de vous de donner force et vigueur à cette vie Et si la vie d’avant ne vous convenait pas, n’est-ce-pas le bon moment pour prendre de nouvelles résolutions.

Faire face au coronavirus pour les autres

Les soignants se sont beaucoup sacrifiés pour la population. Mais, aussi, les personnels paramédicaux, les pompiers, etc. Beaucoup de personnes, de cette population, se sont aussi mobilisées pour aider ceux qui aident. Par exemple, l’EMCC, le conseil européen du coaching, du mentorat et de la supervision. L’EMCC a mis sur pied, par sa branche coaching solidaire, une plateforme d’aide en ligne pour nos personnels de santé. Cette aide est prolongée jusqu’au 30 juin pour toute la France et Outremer.

Le déconfinement, quelles leçons à tirer ?

Le célèbre neuropsychiatre, Boris Cyrulnik, parle de beauté anxieuse au sujet de ce nouveau coronavirus. De fait, on voit beaucoup mieux le paysage et en même temps, cela est signe de grave danger pour nos âmes.

Parmi mes clients, j’ai noté un certain nombre d’initiatives, ici et là, pour ne garder que la beauté des choses. Elles m’ont semblé suffisamment pleines de sens pour que je vous en partage les plus significatives.

  • Se reconnecter à sa famille, ses enfants pour rire avec eux et les anciens, les plus fragiles
  • Remettre les choses à plat pour mieux repartir de l’avant
  • Prendre du temps pour soi pour recharger ses batteries
  • Reconsidérer ses priorités
  • Communiquer à nouveau avec quelques oubliés

En somme, une telle crise est plus que jamais une opportunité pour devenir ce que nous devrions être. Cette possible infection au nouveau coronavirus est peut-être aussi la chance ultime de donner une chance au futur de l’humanité. Mais, pour ma part, je pense que cela se jouera au niveau de chacun de nous.

Prenez le temps de dire oui à vos émotions positives, de faire ce que vous n’aviez jamais pris le temps de réaliser. On a ainsi appris à être plus proches de nos enfants, de nos parents, des êtres qui nous sont chers. Certains se sont aussi trouvés des talents insoupçonnés et ont preuve de créativité. Pour tout cela,

Ce challenge sera d’autant plus facilité que vous saurez vous aimer vous-même. Et s’aimer, c’est aimer la vie.

Vous avez besoin de vous reconnecter à vos émotions ? Ou simplement prendre du recul ? Vous avez besoin de faire parler votre créativité ? Parlons-en !

Daniel Paraiso, Coach professionnel et préparateur mental. Pour le cabinet de coaching Even RH.

Laisser un commentaire